Cameroun : Douala ambitionne d’être la première ville durable du pays

L’aménagement urbain durable est au centre des préoccupations de la Communauté Urbain de Douala. Elle envisage faire de cette ville une ville durable et résiliente face aux effets du changement climatique tout en préservant les milieux naturels.

Douala actuellement

Douala est  une ville portuaire et la capitale économique du Cameroun. Les diverses activités qui s’y développent attirent une population de plus en plus nombreuse en quête d’espace pour s’établir. Entraînant ainsi une urbanisation rapide et anarchique caractérisée par l’occupation de lits des cours d’eaux et des zones humides par des populations précaires. Du fait de leur situation socio économique, ces populations sont très vulnérables aux inondations et à leurs impacts. Sous l’effet des changements climatiques e, ces inondations pourraient augmenter durant les prochaines années c’est pourquoi il est nécessaire d’y faire face.

Douala, ville durable

Le projet  Douala, ville durable a été lancé officiellement par  la Communauté Urbaine de Doula le 1er mars 2018. Dans sa phase pilote, le site choisi se trouve dans l’arrondissement de Douala 5éme et le Bassin versant de Tongo Bassa. Makèpé Missokè, l’un des quartiers les plus vulnérables aux inondations dans la ville de Douala s’y trouve.  Ce site est très particulier car c’était une ancienne carrière et ensuite une ancienne décharge ou les populations ont commencées à s’installer en 2002. Il est devenu un quartier d’habitat très précaire  avec des risques sanitaires très important révélés par une étude diagnostique effectuée sur la qualité de l’eau du lac de ce site. Cette pollution étant majoritairement d’origine humaine du fait de l’absence de fosse septique et de la pratique de l’élevage près du cours d’eau.

Ce projet permettra à la ville de douala d’être une ville durable et résiliente tout en favorisant la préservation des milieux naturels et le développement économique de la ville.

Douala, ville durable a quatre composantes à savoir :

  • la composante A portant sur l’amélioration de la connaissance et la prise en compte de l’aléa inondation et des effets du changement climatique dans les documents de planification de la ville.  Cette composante permettra à la Communauté urbaine de Douala d’évaluer localement l’aléa inondation et les effets du changement climatique, afin de permettre leur prise en compte dans les documents de planification urbaine. Pour sa mise en œuvre, de nombreux acteurs sont mobilisés notamment l’IRD et l’Université de Douala grâce à qui un programme de recherche interdisciplinaire « Climat & Environnement urbain » a été créé. Il regroupe  5 étudiants en thèse et 5 en master qui mènent des recherche sur 03 axes : (1) Modélisation et géomatique (2) Aspects socio environnementaux (3) aménagement urbain.
Station météorologique du système observations Hydro-métrologique dans le bassin versant du Tongo-Bassa Source : Martine Ndo, Janvier 2020
Station météorologique du système observations Hydro-métrologique dans le bassin versant du Tongo-Bassa Source : Martine Ndo, Janvier 2020
  • la composante B sur la Conception et la mise en œuvre un projet de restructuration d’une zone d’habitat précaire centré sur la valorisation d’une zone humide. Cette composante concerne principalement les travaux de réaménagement du site.
  • la composante C portant sur le développement des activités économiques sur le site projet.

« Les populations vivent dans ces zones et y développent des activités économiques, notamment la récupération, le recyclage et l’agriculture maraichère. Cette composante vise essentiellement à les accompagner afin d’améliorer leurs activités. Car ces population valorisent les déchets qui autrement se retrouveraient dans la nature et vont même parfois les chercher dans la nature pour y créer une valeur ajoutée et donc pratique une économie circulaire méritant d’être optimisée.» Joseph Magloire Olinga, le chef de projet.

  • la composante D sur Capitalisation pour reproduire le projet sur des sites similaires. Ce projet est un projet innovant regroupant plusieurs composantes et plusieurs acteurs.

« Au sein du même projet on a le monde universitaire, la société civile représentée par le centre d’Art contemporain Douala’Art assurant la maîtrise sociale et culturelles du projet, la maîtrise technique et technologique. La coordination de tous ces acteurs est possible grâce à la coopération entre la ville de Douala et la ville de Strasbourg. Cette dernière joue le rôle de maîtrise d’ouvrage et d’appui pour la gestion multi-acteurs. » Joseph Magloire Olinga

En somme, il faut garder en idée que c’est un projet pilote.  L’idée c’est partir du bassin versant du Tongo Bassa pour répliquer l’expérience sur d’autres bassins versant de la ville et d’ailleurs.

2 thoughts on “Cameroun : Douala ambitionne d’être la première ville durable du pays”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *